SAMUEL MATHEY, AFRICAIN PRIX NOBEL EN ECONOMIE

SAMUEL MATHEY est un jeune Togolais de…..qui croit en l’Afrique et à ses capacités à conquérir le monde.

L’Afrique a des capacités et des ressources, ça tout le monde le sait ! C’est  l’exploitation judicieuse de ses différentes ressources qui pose le plus gros problème du continent ‘’Mère de l’humanité’’. Pour résoudre ce problème, les enfants d’Afrique dans tous les quatre coins du monde s’activent nuit et jour et parmi eux il y a SAMUEL MATHEY.

Titulaire d’un PHD en économie, d’une maîtrise en économie monétaire et économétrie, et d’un diplôme de fin d’études en étude comptable, c’est en connaisseur de la chose économique et entrepreneuriale que SAMUEL MATHEY promeut et dirige la fondation FAFEDE (Fondation Africaine pour l’Entrepreneuriat et le Développement Economique) dont le but est de promouvoir l’entrepreneuriat ainsi que l’exportation des produits finis ‘’Made in Africa’’ et, par la même occasion, réduire le taux de chômage des jeunes Africains. Et pour mener à bien ce grand projet, l’économiste propose la ‘’technique’’ EZF (Entreprendre à partir de Zéro Franc).

EZF est une série de formation sur comment démarrer son entreprise sans financement et surtout pour résoudre le problème de l’accès au marché. Allant de l’hypothèse très juste qu’il n’est pas très aisé pour une PME angolaise d’être présente sur le marché Ivoirien par exemple, l’économiste propose que les entrepreneurs s’organisent en une sorte de ‘’FRANCHISE’’, une ‘’HOLDING’’ approximative ; de ce fait, les entrepreneurs sud-africains seront en contact avec les entrepreneurs togolais qui eux aussi seront en contact avec les sénégalais et ainsi de suite. Et comme cela, il sera plus aisé pour un entrepreneur sénégalais de conquérir le marché sud-africain et vice-versa. Ce modèle a fait ses preuves et est actuellement présent dans plusieurs pays africains (Ghana, République Démocratique du Congo, Mali, Madagascar, Côte d’Ivoire, Mauritanie, Niger, Cap-Vert, Bénin, Sénégal, Liberia, Nigeria, Angola et Togo) avec un peu plus de 100 000 personnes formées.

Le paragraphe précédent nous montre à suffisance comment une PME peut être sur différents marchés africains et ainsi challenger les multinationales. Cette solution permet de résoudre le problème de MARCHE qui n’est que l’un des trois problèmes majeurs qui freinent la démarche entrepreneuriale ; les deux autres problèmes étant l’accès au financement et la fiscalité.

En ce qui concerne la fiscalité, SAMUEL MATHEY propose que les Etats favorisent les jeunes entrepreneurs de 35 ans et moins en exonérant leurs activités de tout impôt et taxe pour une période de 3 ans.

C’est l’application de tout ce qui précède qui pourra selon lui faire diminuer considérablement le chômage d’une jeunesse africaine sans cesse grandissante.

SAMUEL MATHEY, AFRICAIN PRIX NOBEL EN ECONOMIE
MÉDAILLE

C’est ce projet (dans sa globalité) qui justifié la présence de ce PANAFRICAIN dans la short-list des nominés au prix Nobel de l’économie qui sera décerné par l’Académie Royale des sciences de Suède dans la première quinzaine du mois prochain (septembre 2018). Gagner ce prix qui vaut un peu moins de 700 000 euros (455 millions FCFA) permettra au jeune TOGOLAIS de mieux implémenter sa théorie.

Il faut aussi noter que SAMUEL MATHEY est co-auteur avec BERNARD BRUNO d’un magnifique livre intitulé EXPORT FACILE EN AFRIQUE dans lequel ils expliquent les réalités entrepreneuriales  en AFRIQUE et comment faire pour mieux se positionner.

SAMUEL MATHEY, AFRICAIN PRIX NOBEL EN ECONOMIE
LIVRE EXPORT FACILE EN AFRIQUE

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s