LE COMMERCE NE CRÉE PAS ASSEZ DE VALEUR AJOUTÉE 

cette article est juste à titre de bouillon en attendant celui sur LES COULISSES D’UNE ECONOMIE TENU PAR LE COMMERCE. 

En tant qu’entrepreneur, chacun se lance dans le domaine qui pour lui parait porteur ou qui pourra l’être dans un avenir plus ou moins certain. L’achat-vente est pour tout le monde la voie d’entrée la plus facile et aussi peut-être la plus utiliser pour franchir le seuil du monde entrepreneurial. En Afrique en général et au Cameroun en particulier, les tous premier entrepreneurs furent des commerçants et, encore aujourd’hui les commerçants sont extrêmement majoritaire parmi les entrepreneurs. les entreprises et établissements commercial (qu’ils soient légalisés ou dans l’informel) sont entre trente et cinquante fois plus nombreuses que les entreprises industrielles. La fleuraison des entreprises commerciales et des petits commerces a un impact sur les parts de marché et les marges bénéficiaires (car certains se positionnent en faisant une concurrence par les prix) déjà existant, ce qui diminue les parts de marché et en même temps la valeur ajoutée global. La valeur ajoutée crée par une activité est liée étroitement aux marges bénéficiaires présente dans cette activité et, les marges bénéficiaires quant à eux sont les différences entre les prix de ventes et ceux d’achats ou des biens et services.
Dans les activités commerciales qu’elle soient physique ou digital (E-commerce), les marges bénéficiaires se situent globalement entre 7 et 28 % quelqu’en soit votre positionnement dans la chaîne de distribution (grossiste, semi grossiste ou détaillant) il y a même des biens et services qui ont des marges à hauteurs de 3%. En pratique, un détaillant de biscuit qui vend un produit à 25 f cfa a une marge de 5 franc Cfa sur cette unité vendu ; pour arrondir les bords, les commerçants doivent vendre la plus grande quantité possible d’un produit et avoir le maximum de produit possible dans son commerce afin d’accumuler les petites marges.

L’industrie ou l’activité industrielle, quant à elle, génère plus d’emploi, plus de valeur ajoutée donc plus de bénéfice pour le propriétaire. Dans l’industrie, les marges vont de 30 à plus de 150 %, cela dépend bien évidemment de la branche industrielle et surtout du niveau d’innovation de la chaîne de production. L’industrie à des grandes marges et c’est la principale raison pour laquelle les grandes surfaces de distribution européennes se lancent dans la fabrication de leurs propres produits afin d’avoir les marges cumulées de producteurs et de distributeurs ou alors avec un peu de tricherie, les grands distributeurs font en sorte que les produits soient conditionner avec des emballages portant leurs logos ou le mon de leur marque; nos pouvons citer l’exemple CARREFOUR ou CASINO. Les distributeurs du Cameroun ne sont pas encore dans cette logique, ils ne sont qu’à l’achat et distribution, même la concurrence par substitution (essayer de produits, de tricher ou de dupliquer les biens qu’ils importent) n’est pas au point, l’exemple le plus frappant est celui du cure-dent qui est jusqu’au jour aujourd’hui encore importé. 

LE COMMERCE NE CRÉE PAS ASSEZ DE VALEUR AJOUTÉE 

LIRE AUSSI : BRÖLI CAMEROUN FAIT FACE A UNE BOULE PUANTE

Mais il faut quand même certains propriétaire de grande surface camerounaise sont aussi de grands industriels, FOKOU FOBERGQUIFEROU ou même KADJI ; c’est là des exemple qui doivent être suivi et en cas échéant auront un grand impact sur l’économie et dans les bourses de différents « commer-dustriel« .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s