D’UNE IDÉE A UNE OPPORTUNITÉ D’AFFAIRE

Depuis les trois derniers mois, j’ai étudié théoriquement le processus qui a mené à la création de plusieurs entreprises en Afrique, en Europe et en Amérique. De cette micro-étude, m’a révélé une réalité très intéressante que je vais partager avec vous.

 

D’entrée, je dirais que l’envie d’entreprendre est plus importante que l’idée elle-même, prendre la décision de se lancer à son compte est plus de ce long processus entrepreneurial. Il n’y a pas de mauvaise idée de départ, des projets très novateurs et intéressant on échouer (comme dans le secteur d’automobile) tandis que des idées très critiquées au départ ont par la suite été des très grand succès. La réussite tient à l’évolution et à l’implémentation du projet plutôt qu’à l’idée elle-même ; l’idée, c’est le point de départ une bonne confrontation de cette idée avec votre environnement vous permettra de mesurer sa pertinence, de découvrir de nouvelle possibilité, de nouveau clients, de nouveau fournisseur ou même de changer complétement votre modèle économique. 

Si on donne une bonne idée à un entrepreneur et il s’y prend mal, cette idée ne vaudra rien 10 ans plus tard, et au contraire si on donne une bonne idée à un entrepreneur qui sait s’y faire cette idée serait génératrice de richesse. J’ai récemment assisté à un séminaire gratuit proposé par CLAUDEL NOUBISSIE au cours duquel il nous a fait comprendre à demi-mot que la production de jus de fruit naturel était une très mauvaise idée. Mais il ne faut pas s’arrêter là, la production de jus de fruit naturel est une mauvaise idée pour celui qui vend au Cameroun, par contre celui qui décide exporté vers l’Europe de l’Est aura une rentabilité plus que parfaite.

Une idée doit être étudiée, elle doit être confrontée aux réalités afin d’être meilleure. Le véritable souci est que les Africains en général et les Camerounais en particulier n’aiment pas la confrontation, quand ils ont une idée, ils se disent qu’elle est forcément bonne telle qu’ils les ont pensés, ils la remettent très rarement en question. Et quand une personne essaie de toucher les faiblesses de l’idée, ils sortent le joker en disant : « Il veut comme ça me décourager ». Et c’est l’une des raisons pour lesquelles les entreprises fermant en moins de 5 ans d’existence sont plus nombreuses en Afrique qu’ailleurs. Mais il y a aussi ceux qui acceptent la confrontation, mais dès qu’ils rencontrent une faille dans leurs idées, ils trouvent en cela une raison divine de laisser tomber. Comme nous l’avons dit d’entrée, il n’y a pas une mauvaise idée d’affaire, tout réside dans l’observation, l’analyse, et la réalisation ; c’est cela qui transforme votre idée en opportunité.

  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s