LES CAMEROUNAIS ET LEUR AMOUR DE L’ENTREPRENEURIAT ILLICITE

Depuis les années 80, les activités illicites sont plébiscitées au Cameroun, elles sont illicites, immorales, mais elles sont quand même légales. Leur légalité n’est certes pas le fait d’être reconnu par la loi, cette légalité réside dans le fait qu’elles (ces activités) sont tolérées et soutenues par les hommes politiques et certains leaders d’opinions.

Quel Camerounais n’a jamais entendu parler du flamboyant DONATIEN KOAGNE l’un des ambassadeurs des Feymans les plus célèbre du Cameroun. Il a fait les beaux jours de la feymania à la Camerounaise. Il s’en ventait, il le disait à tout le monde, il était très fier de sa profession et il était intouchable au Cameroun car soutenu et protégé par les dirigeants, on alla jusqu’à faire de lui un modèle de réussite qui devrait être pris en exemple. DONATIEN KOAGNE a fait sa part et ses actes ont fini par le rattraper, mais aujourd’hui, du fond de sa tombe, il peut regarder amoureusement les traces qu’il a laissées sur la jeunesse camerounaise et s’en féliciter.

Dire que la jeunesse camerounaise est friande d’activité illicite, mais légalement encouragé est un amalgame que je ne pourrai justifier, oui il y a ces jeunes qui font ce qu’il faut et comme il le faut pour se hisser au firmament de la réussite, mais il y a aussi ceux-là qui nagent dans des activités pas très orthodoxes afin de se hisser eux aussi sur le même firmament.  Comme quoi tous chemins mène à l’argent. 

Quand je dis que ces activités bien qu’illicites, sont soutenu par l’État, je peux citer le cas de l’opération « coup de cœur » de 1994, opération par laquelle on a parlé d’un donateur qui avait mis des millions sur la table et ce donateur n’était autre que DONATIEN KOAGNE. Plus proche de nous, cette année 2018, le ministre de la Culture que certains appellent ministre du « CUL » et que j’ai nommé NARCISSE MOUELLE KOMBI a défraie la chronique en assistant à la cérémonie d’ouverture d’un salon de beauté. Salon de beauté dont la promotrice est une certaine COCO EMILIA, prostitué de luxe camerounais. Avec la présence du ministre sur les lieux, le message que l’État transmet aux jeunes filles n’est pas loin du : « Allez-vous prostituer et revenez avec l’argent… L’État vous soutient ».

C’est dans ce décor planté, je vais parler d’une des nouvelles formules utilisé par les Camerounais pour faire vivre la mémoire de DONATIEN KOAGNE, il s’agit en premier temps du racket organisé fait par de prétendus agents de la compagnie de téléphonie mobile ORANGE. Qu’ils choisissent d’envoyer des messages ou de vous appeler, le principe est le même. Ils connaissent votre nom d’abonné et surtout le montant présent dans votre compte ORANGE MONEY. Donc ils vous appellent vous disent que votre fidélité aux services d’ORANGE sera récompensée d’un montant de 50 000 CFCA (par exemple) et vous donne un code à saisir. Une fois le code saisi, ces entrepreneurs font un braquage à distance et vous allègent de quelque FCFA que vous aviez au chaud sur votre compte OM. 

Il y a une nouvelle formule qui vient de sortir du laboratoire, c’est du tout frais. Le concept est très simple, c’est du basique. Ces entrepreneurs savent que le travail est dur à trouver au Cameroun et que pour en trouver un décent, il faut parfois monnayer ou se faire parrainer, c’est la loi ou plutôt la règle, ou une règle devenu une loi… Du moins, c’est la norme.

Donc la nouvelle formule consiste à envoyer un message du genre : « Bonjour Mme BIYINA comment a été votre voyage ? Juste pour vous informer que le recrutement spécial dont je vous parlais à CONGELCAM a été lancé. Envoyez-moi rapidement les dossiers des enfants à mon adresse. Je compte sur votre discrétion et sur leurs moralités. Mr GOMMO Martin, le DRH ». Ils changent de temps à autre le message en modifiant deux noms de personne ou le nom de l’entreprise, mais l’objectif est le même. Et cet objectif réside dans le fait que vous aussi vous pouvez être en quête de travail et si c’est le cas, vous les appelleriez et ils vous diront qu’ils se sont trompé de numéro et vous diront en même temps qu’il vous est possible de déposer vos dossiers et que le salaire est de 120 000 FCFA par mois et que pour être sûr d’avoir le boulot, il faut que le dossier soit accompagné d’une somme de 60 000 FCFA et le piège est fait. Cette stratégie assez révolutionnaire, il faut le remarquer a déjà fait des victimes, car après le rendez-vous pris, le monsieur est présent et il récupère le dossier et argent et il disparaît dans la nature ni vu ni connu et son numéro ne passe plus… À SUIVRE.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s